Welcome, visitor!   Connexion

Publier une annonce

à venir…

    écritures du Père Yves, le monde d'aujourd'hui, quel poème ce Père Yves !    21 janvier 2019

grisaille
société sans rêve
entrailles
de ce monde qui crève
de faim
d'insécurité
de joints
d'inégalités
chômage
absence de confiance
pointage
fichue "assistance"
le luxe
toujours en vitrine
Pollux
mange sa margarine...
médias
disent "ailleurs c'est pire"
pas d'quoi
esquisser sourire
racisme,
violence, rébellion...
séismes
comme des éruptions...
Escrocs,
fachos, charlatans,
bien haut
s'envolent triomphants !

 New deal,
vite, il y a urgence !
Débile ?
non, juste dans l'errance,
le cygne
ne veut pas mourir
il signe
pour un avenir
Courage et partage,
autre société,
le redémarrage...

Mulhouse, septembre 1994

17 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Chronique du pré-Empire – acte III

    Éphéméride, le monde d'aujourd'hui, Notez le bien    19 janvier 2019

Je faisais avant hier la proposition de sauver le Sénat et supprimer l’Assemblée Nationale, puisque l’air du temps va vers la simplification des instances… Rappelons que j’avais auparavant proposé de ramener le Président de la République à une place symbolique d’importance, mais ça, ça ne semble pas dans l’air du temps du tout du tout…

Pour ceux qui ont manqué le début, voici-voilà son chemin :

Alors, supprimer l’Assemblée Nationale et faire de notre cher Sénat la Représentation Nationale exclusive, creusons un peu l’idée…

Il ne vous a pas échappé (et c’est d’ailleurs ce qui fait la rente des avocats et notaires) que les textes de loi s’empilent à qui mieux mieux au fur et à mesure des jours qui passent. Cela tend d’ailleurs à s’amplifier depuis que le politique s’inquiète de sa cote de popularité et, pour l’entretenir, se croit obligé de nous poindre une loi générale pour chaque fait divers particulier. Et d’ailleurs, si sa loi peut “faire le buzz” (anglicisme signifiant simplement faire scandale ou attirer l’attention), il n’en est que plus heureux.

Tiens, par exemple, le port du masque. Une ordonnance de police prise le 20 janvier 1790 l’interdisait simplement, quel que soit le masque concerné.

https://www.france-pittoresque.com/spip.php?article8078

Au lieu de la réactiver d’une façon ou d’une autre, il a fallu en faire une loi en 2010, qui vilipendait en particulier la Burqa, tant et si bien d’ailleurs que les remous provoqués n’ont permis sa promulgation qu’en 2011, un an plus tard…

A mon avis, avec toutes les lois déjà publiées dans notre beau pays (qui sont recueillies dans pas moins de 73 Codes, oui, vous avez bien lu, soixante treize Codes Législatifs !) je ne suis pas persuadé que nos différentes activités seraient mal cadrées en appliquant uniquement les lois existantes…

Car il me semble que les Tribunaux sont là pour dire le droit et l’appliquer aux faits qui leur sont soumis, sans modifier la loi tous les jours pour autant…

Montesquieu, qu’on ne pourra pas soupçonner d’avoir été un dangereux anarchiste, disait que “les lois inutiles affaiblissent les nécessaires.”

Benjamin Constant ajoutait : « La multiplicité des lois flatte dans les législateurs deux penchants naturels, le besoin d’agir et le plaisir de se croire nécessaires. » 

Et Georges Pompidou, tant à la mode ces temps ci, ne disait-il pas à Jacques Chirac, notre gentil Papy : ” « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français ! Il y a trop de lois, trop de textes, trop de règlements dans ce pays ! On en crève ! Laissez-les vivre un peu et vous verrez que tout ira mieux ! Foutez-leur la paix ! Il faut libérer ce pays ! »

Tout ça pour dire que, finalement, l’arrêt de l’Assemblée Nationale ne se traduirait pas nécessairement pour le Sénat d’une surcharge liée à la production législative… On peut d’ailleurs penser que le Conseil Supérieur de la Magistrature, ainsi que la Cour des Comptes, auraient toute légitimité pour signaler au Sénat les secteurs dans lesquels un besoin de législation serait opportun.

J’en entends déjà me dire “oui mais… au Sénat, c’est que des vieux !”

D’abord, ce n’est pas une insulte, et ça peut permettre l’expérience. Ensuite, c’est directement lié au système actuel. En gros, les partis s’organisent pour désigner parmi leurs membres méritants ceux qui pourront être Maires (dans les grandes villes, pour les péquenauds que nous sommes, le politique nous laisse nous démerder tout seuls !). Parmi ce vivier de Maire, il repère ceux qui auront l’honneur d’être investis à la Députation. Et comme il faut bien libérer de la place pour les nouveaux, ce sont les Maires et les Députés qui désignent comme Sénateurs ceux qu’ils veulent mettre à la retraite.

Mais garder le Sénat n’impose pas de garder ce système bien pourri de désignation partisane.

Sans changer la durée du mandat, qui est de 9 ans, ni le renouvellement par tiers de ses membres, il suffit de mettre fin au scrutin indirect et d’imposer la désignation des Sénateurs par le suffrage universel à la proportionnelle intégrale.

C’est alors que la Représentation Nationale retrouvera tout son sens, sans pour autant entraîner d’instabilité institutionnelle puisque, pour détenir la majorité absolue au Sénat, il faudrait qu’une même tendance politique remporte tous les scrutins sénatoriaux pendant 9 années, ce qui semble quand même hautement improbable dans notre beau pays hâbleur et râleur !

22 vues au total, 1 vues aujourd'hui

gnac gnac gnac

    écritures du Père Yves, le monde d'aujourd'hui, quel poème ce Père Yves !    19 janvier 2019

au réveillon

petit banquier

dit “bonne année”

et le monde tremble

grand pharmacien

dit “bonne santé”

les deux ensemble

n’en pensent rien !

Just tradition…

Touques, décembre 2018

19 vues au total, 1 vues aujourd'hui

Valse jaune

    écritures du Père Yves, le monde d'aujourd'hui, quel poème ce Père Yves !    18 janvier 2019

ça tourne tourne tourne
toujours plus vite
nul ne détourne
feu qui crépite
dans les ronds points...
ça tourne tourne tourne
la tête des gens
toutes ces ristournes
gouvernement
ça va ça vient
ça tourne tourne tourne
valse à l'envers
d'un monde de clowns
qui perd et perd
son temps sa vie
boîte à musiques
de la foire
au manège
giratoire
sans fin...

Touques, décembre 2018

19 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Chronique du pré-Empire – acte II

    Éphéméride, le monde d'aujourd'hui, Notez le bien    17 janvier 2019

Comme nous l’avons vu hier (pour les retardataires, c’est par ici :

… la République n’est pas le mode d’organisation du vivre ensemble qui a le plus d’ancienneté en France.

Et, au sein de la République, le mode semi-présidentiel mis en oeuvre depuis 1958 n’est à ce jour qu’une péripétie de l’histoire. Je vais d’ailleurs enfoncer le clou, en ces temps où ceux qui nous promettaient de “faire de la politique autrement” nous ont ressorti le phantasme de dissolution du Sénat, que le Général de Gaulle avait déjà agité en son temps…

En 1795 (déjà !) il s’appelait le Conseil des Anciens. Sous le Consulat, l’abbé Siéyès le conserva sous le nom de Sénat, car cette seconde assemblé présentait aux yeux de Siéyès l’avantage de procurer une solution de repli en cas d’échec aux élections législatives (comme quoi les calculs politiciens ne datent pas d’hier… )

La Restauration conservera cette initiative révolutionnaire, en l’appelant Chambre des Pairs, selon le modèle Anglais. Le second Empire lui rendra son nom de Sénat, que la IIIème République lui maintiendra, alors que la IVème République le ramènera au rôle de Conseil de la République. Son appellation de Sénat lui sera rendue avec la Constitution de la Vème République, même si celle-ci n’a de cesse de vouloir le supprimer…

A l’ancienneté, s’il fallait supprimer une instance entre Assemblée Nationale, Sénat et Président de la République au sens de la Vème République, c’est évidemment ce dernier qui disparaîtra, laissant ainsi le Premier Ministre redevenir Président du Conseil, travaillant avec les Parlementaires plutôt qu’avec le Palais de l’Elysée… Seulement, même si la période du “Grand débat National” est propice à l’expression, je doute que son instigateur soit animé de pulsions suicidaires…

Alors, qui supprimer ?

L’Assemblée Nationale compte 577 députés , le Sénat compte 348 membres. On fait donc plus d’économies à supprimer l’Assemblée Nationale…

Blague à part, avant le quinquennat, les durées de mandat du Président de la République et des Députés différaient. A présent, l’égalité dans le temps tend à transformer l’Assemblée Nationale en club des supporters du Président, ce qui ne permet pas nécessairement l’équilibre des débats…

Au contraire, le Sénat propose un mandat de 9 ans, et est renouvelé par tiers. Ce type de mandat semble plus intéressant pour tenir compte des évolutions de la société tout en garantissant une certaine stabilité des lois dans le temps.

Et finalement, si le Sénat devenait le seul organe parlementaire, cela pourrait donner une avancée progressiste réelle.

Il suffirait pour cela que le mode de désignation des Sénateurs ne soit plus le suffrage indirect des grands électeurs, mais le suffrage universel, à la proportionnelle intégrale.

De la sorte, toutes les tendances politiques du pays seraient représentées, sans qu’il en résulte quelque instabilité puisque, à chaque élection, ce serait un tiers de l’assemblée qui serait renouvelée.

Le Président du Sénat, dont les textes prévoient déjà qu’il remplace le Président de la République en cas d’empêchement, serait réellement le second personnage de l’Etat, à égalité avec le Premier Ministre / Président du Conseil.

Comme, de surcroît, le Sénat s’est spécialisé dans la représentation des territoires, les spécificités locales seraient assurément mieux prises en compte avec la représentation territoriale.

Privé de son groupe de supporters, le Président de la République n’aurait plus d’autre choix que le respect de tous les élus du Peuple, qu’ils soient ou non issus de sa famille politique, et cela aussi représenterait une avancée importante !

21 vues au total, 1 vues aujourd'hui

Saint Rémi

    Éphéméride, le monde d'aujourd'hui    15 janvier 2019

15 janvier : Fêtons Saint Rémi.

Au moins, en voici un qui ne se laissait pas impressionner par les politiques !

Et en cette période où tout le pays (tout ?) est réputé pour être “en marche”, je ne résiste pas à la reproduction de ce qu’il écrivait alors à Clovis, lequel Clovis n’était quand même pas un mec trop patient (c’est quand même le gars qui avait démoli un soldat à coups de hache pour une sordide histoire de vase…):

« Soulage tes concitoyens, secours les malheureux, protège les veuves, nourris les orphelins…

Que ton tribunal reste ouvert à tous et que personne n’en sorte triste !

Toutes les richesses de tes ancêtres, tu les emploieras à la libération des captifs et au rachat des esclaves.

Admis en ton palais, que nul ne s’y sente étranger ! Plaisante avec les jeunes, délibère avec les vieillards ! »

Tout est dit.

J’espère que les “Princes qui nous gouvernent” lisent l’éphéméride du Père Yves…

Ce serait rigolo qu’ils m’invoquent à l’assemblée nationale, hi hi hi

376 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Chronique du pré-Empire – acte I

    Éphéméride, le monde d'aujourd'hui, Notez le bien    14 janvier 2019

Avant d’entrer dans le vif du grand débat national qui commence en ce quinze janvier de l’an deux mil dix neuf, prenons le temps d’un petit point historique…

La révolution Française date de 1789. commençons par là puisque tout le monde est d’accord sur cette date.

Elle signait la fin de la monarchie, telle qu’elle avait été exercée par les Capétiens sans interruption depuis 987. 802 ans quand même…

Trois ans après la révolution française, naissait la première République, qui dura 10 ans. C’est pas beaucoup mais en même temps, c’était la première…

Là dessus arrive le Consulat, qui durera de 1799 à 1804, date à laquelle il cédera la place à l’Empire , dont il était la première marche, et qui durera de 1804 à 1815. Bonaparte avait beau dire qu’il avait “sauvé la République”, ce serait beaucoup que de considérer cette période de 16 années comme “républicaine”…

Après l’Empire, ne croyez pas que la République fasse son (petit) retour. Non, ceux qui reviennent, ce sont les Bourbons, pour une quinzaine d’années de Restauration.

Et en effet, la période de Restauration a porté ses fruits puisque, de 1830 à 1848, la France est régie par la monarchie de Juillet…

La seconde République arrive (enfin) en février 1848. Elle durera 3 fois moins longtemps que la première, expirant en décembre 1852, avant son quatrième anniversaire… La République a vraiment du mal à gagner les faveurs de la France…

Et, après la Restauration de la monarchie, voici la restauration de l’Empire, le second Empire durant sensiblement plus longtemps que le premier, puisqu’il couvrira la période de 1852 à 1870.

Il aura donc fallu attendre la fin du XIXème siècle, septembre 1870, pour que naisse et se développe la Troisième République, qui prit fin juste avant ses 70 ans, en juillet 1940. Ce n’est donc pas la République Gaullienne qui détient le record de longévité. Et pourtant, la IIIème République a du faire face à la Première Guerre Mondiale sans s’écrouler, ainsi qu’à la crise de 1929… seulement voilà : symboliquement, la IIIème République, c’est aussi celle qui a maté la Commune, et qui a accordé les pleins pouvoirs à Pétain en 1940… Alors, évidemment, on n’a pas trop envie de s’en souvenir… N’empêche qu’entre les deux, elle a duré…

De 1940 à 1945, on trouve peu d’informations. Pour les uns, la France avait abandonné sa souveraineté nationale à une puissance étrangère ; pour les autres, une dictature de type fasciste était mise en place ; pour tout le monde, une chose est sûre : c’était pas la République !

Après la seconde guerre mondiale, naquit la quatrième République, en octobre 1946 et pour une douzaine d’années. Il est de bon ton à présent de la moquer voire de la caricaturer. Pourtant, cette IVème République a mené à bien la reconstruction de la France et le rétablissement d’institutions démocratiques, ce qui n’allait pas nécessairement de soi. Elle a chuté sur la question de la colonisation.

Et c’est ainsi que, depuis 1958, la France relève de la cinquième République. Et là, ça mérite qu’on s’y arrête un peu. C’est la première fois qu’était tenté un régime semi-présidentiel. Jusque là, le pouvoir était confié soit à un Roi, soit à un Empereur, soit à une Assemblée Parlementaire. Depuis 1958, la figure d’autorité est le Président élu. Le Sénat comme l’Assemblée Nationale préexistaient aux Républiques…

Cette brève chronologie nous apprend donc que sur les 230 années qui nous séparent de la Révolution Française, la République n’a dirigé la France que pendant 157 ans, et encore, en rapièçant tous les morceaux… La cinquième République, dont tous les acteurs nous vantent aujourd’hui les charmes et délices, est âgée de 60 ans, soit dix ans de moins que la précédente au moment de s’écrouler…

On entend parler de plus en plus d’une Sixième République.Pourquoi pas ? Mais est-ce que ça va vraiment “de soi” ?

Car, autour de nous, l’Espagne, la Belgique, le Royaume Uni, le Danemark, la Norvège, les Pays Bas, la Suède, ainsi que le Liechtenstein, le Luxembourg, et Monaco sont des monarchies héréditaires constitutionnelles. D’accord, j’ai cité les 3 derniers pour rigoler (quoique, au regard des capitaux brassés par ces 3 derniers, on a peut être tort de ne retenir que l’aspect mondanités désuètes…) On peut raisonnablement penser que les sept autres sont des pays industrialisés largement comparables à nous.

Par ailleurs, toujours autour de nous, l’Allemagne, l’Italie, la Grèce, l’Autriche, la Finlande, l’Islande sont gouvernés par des régimes Parlementaires dans lesquels le Président a pour seul pouvoir la Représentation Nationale en termes symboliques…

25 vues au total, 1 vues aujourd'hui

Entre le 10 et le 20 janvier…

    Éphéméride, le monde d'aujourd'hui    10 janvier 2019

Entre le 10 et le 20 janvier

les plus constants sont les drapiers

et oui, à l’époque où la principale activité de notre pays était agricole, cette dizaine laissait un peu de répit car le temps limitait les travaux des champs.

à mon avis, on devait constater un pic de naissances entre le 10 et le 20 septembre…

par contre, rien de tel pour les marchands, gnac, gnac, gnac

c’est peut être de là que date la période des soldes ?

195 vues au total, 1 vues aujourd'hui

Bienvenue sur ma planète

    chansonnette (merci youtube), le monde d'aujourd'hui, Notez le bien    1 janvier 2019

“il vit sur une planète à part, le Père Yves…”

et oui ! mais en plus, c’est une planète particulière. prenez la terre : plus il y a de monde dessus, plus elle se rabougrit et se met à chauffer.

alors que, la planète écolonomique, elle respire la santé au fur et à mesure que ses habitants grandissent ! et, principe des vases communicants, plus écolonomique grandit, plus la terre se porte bien !

tout ça, ça vient du fait que la planète écolonomique, c’est carrément un art de vivre, rien de moins.

elle a été formée à l’occasion du big bang entre le meilleur de 4 astres.

que je vous explicationne…

  • à l’écologique, elle a évité de prendre le systémisme systématique, moralisateur, globalisant et utopique, pour en retenir le souci pragmatique du recyclage des déchets. c’est intéressant d’ailleurs ce mot de déchet. c’est comme si un objet avait “déchu”, comme si le fait de ne plus être à la mode entraînait sa “déchéance”…
  • à la logique, elle a évité de prendre le cartésien envahissant, pour en retenir le bon sens, à l’instar de ces religions qui considèrent que tant qu’un arbre n’est pas tombé, il ne faut pas le couper car il n’est pas dit qu’il ne reprenne pas essence… le prix des choses, au stade neuf, peut se justifier par le temps de travail et les matériaux qui y ont été employés. une fois que le meuble a été utilisé, cette dimension travail a déjà été payée, et le prix relève donc de la simple spéculation. 
  • à l’économique, elle a évité de prendre envie de n’importe quoi, souci de mode ou de performance technologique, pour en garder le principal : pouvoir d’achat amélioré. parce que, au final, si certains préfèrent travailler plus pour gagner plus dépenser plus et jeter plus, d’autres peuvent très bien ne pas gagner plus, dépenser autrement, jeter moins et vivre mieux…
  • au comique, elle a emprunté sa définition la plus simple, celle qui provient du décalage entre n’importe quelle situation observée à l’instant, et la situation que les normes sociales nous ont conditionnés pour concevoir normalement. ” Comme les électricités contraires s’attirent et s’accumulent entre les deux plaques du condensateur à partir de laquelle l’étincelle va présentement éclairer, ainsi le rire rapprochent les gens, attractions et répulsions, suivie par une perte totale de l’équilibre, en un mot, par cette électrification de l’âme connue comme la passion.” vive Bergson !

habituellement, l’affrontement de ces quatre astres fournit un beau désastre.

mais là, comme on a extrait le meilleur de chacun, la planète écolonomique est en effet un monde à part, qui se caractérise par des habitants à l’oeil étincelant et au sourire généreux.

et puis sur cette planète là, il n’y a pas de roi.

même chez les animaux. ça rimerait à quoi d’en désigner un comme tout puissant parce qu’il serait le plus rapide, le plus fort et le plus beau ?

nous, tout ça on s’en fout.

par contre, on n’a jamais vu autant d’oiseaux que sur cette planète là ! et ils s’y sentent bien. ils quittent le nid juste pour chercher de quoi nourrir. sinon, la plupart du temps, ils reviennent avec des objets hétéroclites (paille, brindilles, bois, coton, tissu, feuilles…) auxquels plus personne ne fait attention et qu’ils ont récupéré de ci de là…

comme à chaque fois leur logement en ressort embellit et plus douillet, ils passent leur temps à siffler leur joie !

bienvenue sur la planète écolonomique !

776 vues au total, 2 vues aujourd'hui

LA BONNE ANNEE

    délires (grands, comme le ara qui rit !), délires (petits, surréalisme ou poésie), écritures du Père Yves, Éphéméride, le monde d'aujourd'hui, Notez le bien, quel poème ce Père Yves !, quel poème ce père yves !, secrets de famille (ma bio façon puzzle)    1 janvier 2019

Je vous souhaite plein de bonnes et belles choses pour cette nouvelle année, à commencer par la santé bien sûr…

Mais, même si la santé c’est pas votre point fort, je vous souhaite sincèrement de réussir à entrevoir les petits coins de ciel bleu qui se font si rares parfois, à apprécier la chaleur humaine (qui, en Normandie, est une intéressante valeur alternative aux rayons du soleil), et surtout – c’est peut être là le principal– je vous souhaite de garder votre âme d’enfant dans les regards que vous porterez sur les choses et les gens.

L’âme d’enfant, moi, c’est le seul truc qui me permette de supporter la vie adulte et, comme c’est pas un truc qui se vend, c’est accessible à tout le monde sans que les puissants y puissent quoi que ce soit !

Ah bien sûr, vous entendrez des gens qui diront de votre âme d’enfant “il est spécial, quand même…”

Et ça, c’est top de chez top !

je vous souhaite à tous et toutes, en 2019, d’être “un peu spéciaux” et “un peu spéciales” !!!

29 vues au total, 1 vues aujourd'hui

bye bye la Biffe

    Éphéméride, le monde d'aujourd'hui, quel poème ce Père Yves !, quel poème ce père yves !    31 décembre 2018

y a des pages
à grincements
en tournant
avec l'âge
fin d'un monde
seconde mort
des vieux qu'avaient
tout laissé
au logis
Biffin cassé
ça s'ra voirie
les encombrants
la déchett'rie
souvenirs broyés
en pollution
ça manque pas d'air...
comme dit la Psy
"c'était une fuite
votre métier"...
La fuite du temps
la fuite des gens
marche arrière toute
aux XIXème,
début XXème,
mais pas étage,
ni entre-sol,
non. Entre-siècles.
et entre soi,
les âmes avec...
Fortiche quand même
un demi-siècle
à fuir le temps
sans être grand
et à présent...
"Ambivalent"
mardi la Psy
paraît qu'c'est mieux
qu'un peu trop franc
faut voir...
J'craignais rien
j'ai peur de tout...
J'étais foufou
j'peux plus rien...
Ambivalent ?
Moi ?
où qu'j'ai chopé ça ?
Et tout fout l'camp
les parents
les enfants
les trains
l'entrain
et le corps a sapé
la tête
qu'a lâché
le corps
und so weiter
spirale d'erreurs
qui fait flop.
Biffin flop
au chien Flap
flippe.
et point
d'interrogation...

Le Torquesne, le 5 octobre 2018

23 vues au total, 0 vues aujourd'hui

la boutique

    Éphéméride, le monde d'aujourd'hui, quel poème ce Père Yves !, quel poème ce père yves !    29 décembre 2018

boutique cachée

dans sa campagne

n’attire personne

tiens, le glas sonne…

ses vieilleries vieillissent
araignées, chants d'oiseaux,
comme un air de réglisse
un parfum rococo
une odeur d'encaustique
passée par un caustique
à la faible acoustique
qui d'un coup astique...
Virant-voltant
il croit tout l'temps
qu'ils reviendront
ses bons clients
comme avant...
Comme avant quoi, au fait ?
Elle a fini quand la fête ?

Le Torquesne, 14 octobre 2018

31 vues au total, 1 vues aujourd'hui

c’est Noël !

    écritures du Père Yves, Éphéméride, le monde d'aujourd'hui, quel poème ce Père Yves !, quel poème ce père yves !    24 décembre 2018

Noël à pas cher,
et tout pour vous plaire !
achetez aujourd'hui,
payez à crédit...
manèges et flonflons,
vitrines et lampions...

Et les gens courent, courent, courent

Vive la quinzaine commerciale !

Jésus, de sa croix,
tourne un peu la tête...
Ouf, pas d'étiquette !
On ne l'achète pas...

Mulhouse, décembre 1994

40 vues au total, 1 vues aujourd'hui

Strasbourg…

    Éphéméride, le monde d'aujourd'hui, quel poème ce Père Yves !, quel poème ce père yves !    12 décembre 2018

ils ont osé, quelle audace,

ma Strasbourgeoise, mon Alsace,

terroriser tes terrasses

ta féerie et tes places…

Ma reine de coeur, ma marraine,

même très loin, j’ai la peine…

Tiens bon, résiste à la haine,

sois notre nid, notre “heim”

Europe et paix, univer

-sités et coutumes d’hiver,

religions et concordat,

pains d’épices, saint Nicolas…

Ma Strasbourgeoise, mon Alsace,

contre l’horreur sois tenace,

comme un phare de l’Occident

exhibe haut tous tes talents !

12 décembre 2018

82 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Saint Martin

    chansonnette (merci youtube), Éphéméride, le monde d'aujourd'hui, secrets de famille (ma bio façon puzzle)    11 novembre 2018

11 novembre : saint Martin de Tours (et bien évidemment, anniversaire de l’armistice de la première guerre mondiale, mais même ce jour là on fêtait la saint Martin !)

alors, aujourd’hui, prenez vos aises, because y a de la matière…

l’histoire de Martin, vous la connaissez déjà bien sûr, mais bon…

notre Martin est né en Hongrie, où son paternel, soldat romain, stationnant en garnison, en avait profité pour garnir sa femme aussi. et je vous prie de croire qu’il a choisi ses meilleurs chromosomes lors de leur fabuleuse luxure qui n’avait rien à voir avec l’esprit saint…

mais à l’époque, les fils de soldat devaient également participer à l’armée quand ils avaient 15 ans (genre tu seras un homme mon fils) et c’est ainsi que Martin fut affecté comme soldat en Gaule (chez nous, quoi).

arrivé à Amiens, il rencontre un pauvre claquant des dents tant il avait froid. ni une ni deux, il enlève son manteau et lui donne !

à ce moment là, il est lui même tout surpris (“diantre, mais serait ce que je serais bon ?”) et en tire la conclusion qu’il est plus fait pour le monastère que pour l’armée de métier. (tu parles, il s’est surtout dit que l’armée était à cheval sur son matériel et qu’il allait passer un sale quart d’heure… alors, comme à présent il se pelait grave, il a aussitôt pensé au confort inimitable d’une belle robe de bure !)

le voici donc déserteur mystique à Tours, où son monastère a tellement bonne réputation que les habitants de Tours viennent l’y enlever pour en faire leur évêque.

Ajoutons que la saint Martin, en général, c’est la période où l’hiver commence à s’installer. Oui mais… Quand au lieu du gel il y a redoux, on parle d’été de la Saint-Martin, aussi appelé été indien.

Tonton Georges nous parle d’ailleurs de l’été de la saint martin dans cette fort belle chanson qu’adorait Püppchen…

Concernant le 11 novembre, je vous ai déjà dit que j’avais une arrière grand tante, Tanie, qui a vécu jusqu’à 100 ans. et, plus que mon arrière grand tante, c’était ma grande amie, chez qui je passais à tout bout de champ et qui me racontait des histoires, des sacrées tranches de vie…

ainsi, le 11 novembre 1918, elle travaillait dans les bureaux à la Nobel quand la nouvelle se répandit. la Nobel étant une dynamiterie, on aurait pu penser que la direction concevrait un vif chagrin angoissant à l’annonce de la fin des hostilités !

et bien, pas du tout !

le patron était tellement content qu’il a invité l’ensemble des bureliers à aller manger au Cheval Blanc à Honfleur (aujourd’hui, ce n’est plus qu’un hôtel, mais longtemps ce fut un sympathique restaurant dont les salles à manger emplissaient tout le rez de chaussée de l’immeuble – là où se trouvent à présent 4 boutiques…)

là, on est en plein Berthe Sylva dans on n’a pas tous les jours vingt ans…

“L’patron donn’ congé à ses p’tites
Et comm’ le printemps leur sourit,
A la campagne ell’s vont tout d’suite
Chercher un beau p’tit coin fleuri.
Dans une auberge, en plein’ verdure,
Ell’s déjeun’nt sur le bord de l’eau,
Puis valsent au son d’un phono
En chantant pour marquer la m’sure :
 
On n’a pas tous les jours vingt ans,
Ca nous arrive un’ fois seul’ment.
C’est le jour le plus beau d’la vie,
Alors on peut fair’ des folies.
L’occasion il faut la saisir.
Payons-nous un p’tit peu d’plaisir,
Nous n’en f’rons pas toujours autant,
On n’a pas tous les jours vingt ans !”

rappelons incidemment que l’automobile n’était alors pas de mode et que tout ce petit monde est descendu à pied gaiment de Ablon (la Nobel du Haut) à Honfleur, où un sacré gueuleton les attendait.

dans la liesse générale, ils burent plus qu’à l’accoutumée et, en sortant du restaurant, ils étaient ronds comme des queues de pelle mais tenaient encore debout (valait mieux pour le retour)

du coup, dans leur moment de folie, tout le monde a pris le chemin du retour en activant chaque sonnette qui se présentait à leurs joyeux doigts…

en fait de lendemains qui chantent, son fiancé (un vrai de vrai à l’ancienne) est revenu du front, mais pas en 1918, ni en 1919 d’ailleurs, mais… en 1920 ! elle a trouvé que le chemin du retour avait été un peu long, a rompu les fiançailles et ne s’est jamais mariée par la suite, sans être plus aigrie que ça par la gent masculine, et en conservant jusqu’au soir de sa vie un sourire au fond de ses yeux bleus. c’est peut être pour ça qu’elle a fini centenaire ?

en même temps, comme le frère de sa soeur, lui, avait profité des embarras administratifs de la première guerre mondiale pour se marier une seconde fois en toute légalité, vous concevrez que sa soeurette n’était pas formidablement réjouie d’être la première épouse d’un bigame, ce qui fait que ses deux enfants (dont ma grand mère) ont beaucoup été élevés par Tanie…

entre nous, je préfère de loin ma façon de commémorer le 11 novembre à celle de Napoléon IV, qui va chercher dans les limbes de l’histoire de France pour distinguer les “héros” de la grande boucherie…

La France en 1918 par Georges Scott

allez, on finit avec Tonton Georges encore…

 

 

365 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Page 1 de 21 2

Sponsored Links

  • Bienvenue sur ma planète

    par sur 1 janvier 2019 - 0 Commentaires

    “il vit sur une planète à part, le Père Yves…” et oui ! mais en plus, c’est une planète particulière. prenez la terre : plus il y a de monde dessus, plus elle se rabougrit et se met à chauffer. alors que, la planète écolonomique, elle respire la santé au fur et à mesure que […]

  • Chronique du pré-Empire - acte III

    par sur 19 janvier 2019 - 0 Commentaires

    Je faisais avant hier la proposition de sauver le Sénat et supprimer l’Assemblée Nationale, puisque l’air du temps va vers la simplification des instances… Rappelons que j’avais auparavant proposé de ramener le Président de la République à une place symbolique d’importance, mais ça, ça ne semble pas dans l’air du temps du tout du tout… […]

  • Viva l'an neuf !

    par sur 23 novembre 2018 - 0 Commentaires

    Ici, pas de black friday ! des prix raisonnables toute l’année, c’est mieux non ? et pour vos cadeaux de fin d’année, c’est quand même mieux d’offrir des cadeaux réellement originaux qui ne risquent pas de faire doublon… vous pouvez réserver par simple mail à partir de l’annonce qui vous intéresse. je mets de côté […]

  • Sainte Adèle

    par sur 24 décembre 2018 - 0 Commentaires

    24 décembre : sainte Adèle Fille du Roi Dagobert II et grand mère de saint Grégoire, tu m’étonnes qu’ils lui aient trouvé une place dans le calendrier ! Car, si j’en crois le révérend André Bourvil, elle était plutôt agitée dans son jeune temps, comme en témoigne ce cantique : “Adèle ! ta maman t’appelle […]

  • Saint Paulin

    par sur 11 janvier 2019 - 0 Commentaires

    11 janvier : aujourd’hui, place à Saint Paulin d’Aquilée. Mon grand-père représentait la marque Akiléine après-guerre, mais ça n’a strictement aucun rapport. Par contre, si vous avez des problèmes de crevasses aux mains, je vous recommande la crème Vita-Citral TR, la plus efficace en la matière. Saint Paulin (que la peinture mettait en joie. Il nous […]

  • Saint Vincent

    par sur 22 janvier 2019 - 0 Commentaires

    22 janvier : saint Vincent, le patron des vignerons. C’est pas prouvé, mais ce serait pas surprenant qu’il ait été porté sur la bouteille… Pensez un peu : alors que le bourreau le torturait (et à l’époque, ils étaient plutôt d’un sadisme acharné)… Lui, il chantait, il riait et il lançait des vannes à son tortionnaire. Saint […]

  • Sainte Agnès

    par sur 21 janvier 2019 - 0 Commentaires

    21 janvier : avec sainte Agnès, nous allons célébrer la rumeur publique… Parce que, en fait, la seule chose qu’on sache c’est que, à Rome, en 304, une fillette de 13 ans a été tuée parce qu’elle croyait en Dieu. Agné, en grec, ça veut dire « pur ». Et à l’époque, à Rome, ils parlaient une espèce […]

2.000 annonces en ligne

ça y est, le cap des 2.000 annonces en même temps est franchi pour la seconde fois ! j'ai un Paul Pogba qui s'éveille en moi (mais c'est le côté chanteur...)

pour le menu déco, cliquez sur l’image !

Avanti la musica

je chante, tu chante, elle chante, il chante... ils m'enchantent !