Welcome, visitor!   Connexion

Publier une annonce

magiques émotions

    Notez le bien    18 décembre 2017

C’EST QUAND MÊME UN DRÔLE DE METIER, ce que vous faites…”

“ça doit pas être gai de vider des maisons…”

allez, prenons le temps de nous arrêter sur ce drôle de métier qui me passionne…

déjà, j’interviens assez peu dans le cadre de successions. le plus souvent, ce sont des personnes très âgées qui viennent de rentrer en maison de retraite. elles sont encore vivantes, et du coup leurs enfants sont moins “tendus” et l’ambiance plus sereine.

et dans un tel contexte, je vais être un des derniers à m’intéresser à la globalité de la vie de ceux qui viennent de déménager.

parce que, quand on vide entièrement une maison, on reconstitue plus de la moitié de l’existence de ses anciens habitants, que ce soit à travers leurs goûts de meubles, de décorations, de vaisselles, ou encore leurs choix de livres ou de disques… passionnant vous dis-je, et pas triste pour un rond !

ce sont les témoignages d’une époque révolue, un temps où on achetait des meubles en ayant soin qu’ils durent toute sa vie, et pas le temps d’une mode. ce critère privilégiait des bois nobles et denses, et des meubles chevillés ou vissés, qui ne s’écrouleraient pas au troisième déménagement…

et ces meubles là ne relevaient pas de circuits industriels. on sent encore la patte de l’artisan qui allait même parfois jusqu’à signer son oeuvre, tant il était fier de son travail.

et il y avait de quoi ! je pense à cette table de ferme tout en chêne, tellement dense qu’elle a survécu à l’incendie de la maison sans avoir une seule brûlure… bien sûr, elle m’encombre un peu depuis 3 ans qu’elle est là, mais je n’allais quand même pas mettre aux encombrants une table pareille ! elle a trouvé sa place et un jour, c’est sûr, quelqu’un aura le coup de coeur pour elle.

en ce temps là, les salons n’existaient pas, tout se déroulait dans le séjour, où on s’attablait tant pour manger que pour l’apéritif ou la conversation.

c’est aussi un temps où les chambres n’avaient pas la surface de petits studios, mais constituaient autant de cellules de repos aux surfaces restreintes. seulement, la salle de séjour était la pièce à vivre par excellence où tout le monde se retrouvait pour se parler, sans tablette ni internet.

n’allez pas croire pour autant que je n’apprécie pas la modernité. non, seulement j’apprécie aussi le charme de ces temps enfouis, où on savait s’attabler en silence pour contempler les flammes jouant dans l’âtre, dans une odeur d’encaustique répandue par des meubles souriants.

et puis, il y a la vaisselle !

à travers les cachets imprimés à leur revers, plats et assiettes nous invitent à un tour de France de notre histoire industrielle, lorsque les manufactures fleurissaient sur tout le territoire, qui près des forêts, qui près des gisements de terre, pour nous concocter d’improbables plats de service aux décors si variés. c’était surtout entre 1850 et 1950 (et là, quand même, j’étais pas né !)

n’oublions pas les verres, cette invention magique qui part du sable, le chauffe jusqu’au point de fusion qui nous donne ces gobelets magiques où le vin prend tout son éclat (avant de nous ramener, si on en abuse, sur… le sable !). il y en a des ronds, des longs, des petits, des grands, et pour chaque type de boisson.

point de desperados ou de mojito, en ce temps là, mais odeurs et couleurs de vins : des blancs, des rouges, des pétillants, des cuits, et une ribambelle de saints pour accompagner le repas du dimanche : saint Estèphe, saint Emilion, saint Julien, saint Véran, saint Joseph… avec un tel défilé, c’était plus simple de choisir les prénoms de ses marmots ! surtout que, sans chauffage central et sans télévision, la courbe démographique était plutôt ascendante…

allez, on arrête là pour aujourd’hui… mais promis on continue bientôt !

Pas de mots clés

852 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Sponsored Links

Ajouter un commentaire

  • Saint Parfait

    par sur 18 avril 2020 - 0 Commentaires

    18 avril : saint Parfait de Cordoue c’est encore ma fête, tralalalalère, bonne fête à moa, tralala ! la suite va être beaucoup moins rigolote… à Cordoue, Parfait avait pour mission de convertir les musulmans. par une belle après-midi ensoleillée, Parfait croise deux jeunes musulmans, qui lui demandent la différence entre Jésus et Mahomet. au […]

  • Saint Benoît-Joseph & sainte Bernadette

    par sur 16 avril 2020 - 0 Commentaires

    16 avril : saint Benoît-Joseph Labre & sainte Bernadette Soubirous (euh, tout à fait accessoirement, c’est le dimanche de Pâques – et non, ça, c’était en 2017…) Saint Benoît-Joseph, c’est le saint patron des sans domicile fixe, des pauvres et des exclus. Et, oserais-je vous l’avouer, il aurait pu être le saint patron du Hamon […]

  • Sainte Léa

    par sur 22 mars 2020 - 0 Commentaires

    22 mars : Sainte Léa. alors là, l’histoire bégaye, parce que l’histoire de Léa, c’est du même pipeau que l’histoire de Clémence hier… Femme de la noblesse romaine, elle décide quand son mari décède de distribuer tous ses biens avant d’entrer au couvent… Imaginez un peu que, à force de lire mon éphéméride, Pénélope fasse […]

  • Sainte Bénédicte

    par sur 16 mars 2020 - 0 Commentaires

    16 mars : sainte Bénédicte. entre nous, elle n’a rien fait de particulier : pour aujourd’hui, pas de miracle, de vie tumultueuse ou de martyr particulier. simplement, c’est elle qui a succédé à sainte Claire à la tête d’un couvent. et là, ce fut un exemple dans le respect de la règle, ainsi que dans […]

  • Saint Euloge & sainte Rosine

    par sur 11 mars 2020 - 0 Commentaires

    11 mars : saint Euloge & sainte Rosine. Saint Euloge déjà, qu’on se mette bien d’accord : si le dicton du jour n’en avait pas parlé, je serais toujours aussi inculte avec ce drôle de saint ! à Cordoue, vers 850, l’émir tolérait que tous ses habitants ne soient pas musulmans mais… ceux qui étaient […]

Tags

pour le menu déco, cliquez sur l’image !

Avanti la musica

je chante, tu chante, elle chante, il chante... ils m'enchantent !