Welcome, visitor!   Connexion

Publier une annonce

Chronique du pré-Empire – acte II

    Éphéméride, le monde d'aujourd'hui, Notez le bien    17 janvier 2019

Comme nous l’avons vu hier (pour les retardataires, c’est par ici :

… la République n’est pas le mode d’organisation du vivre ensemble qui a le plus d’ancienneté en France.

Et, au sein de la République, le mode semi-présidentiel mis en oeuvre depuis 1958 n’est à ce jour qu’une péripétie de l’histoire. Je vais d’ailleurs enfoncer le clou, en ces temps où ceux qui nous promettaient de “faire de la politique autrement” nous ont ressorti le phantasme de dissolution du Sénat, que le Général de Gaulle avait déjà agité en son temps…

En 1795 (déjà !) il s’appelait le Conseil des Anciens. Sous le Consulat, l’abbé Siéyès le conserva sous le nom de Sénat, car cette seconde assemblé présentait aux yeux de Siéyès l’avantage de procurer une solution de repli en cas d’échec aux élections législatives (comme quoi les calculs politiciens ne datent pas d’hier… )

La Restauration conservera cette initiative révolutionnaire, en l’appelant Chambre des Pairs, selon le modèle Anglais. Le second Empire lui rendra son nom de Sénat, que la IIIème République lui maintiendra, alors que la IVème République le ramènera au rôle de Conseil de la République. Son appellation de Sénat lui sera rendue avec la Constitution de la Vème République, même si celle-ci n’a de cesse de vouloir le supprimer…

A l’ancienneté, s’il fallait supprimer une instance entre Assemblée Nationale, Sénat et Président de la République au sens de la Vème République, c’est évidemment ce dernier qui disparaîtra, laissant ainsi le Premier Ministre redevenir Président du Conseil, travaillant avec les Parlementaires plutôt qu’avec le Palais de l’Elysée… Seulement, même si la période du “Grand débat National” est propice à l’expression, je doute que son instigateur soit animé de pulsions suicidaires…

Alors, qui supprimer ?

L’Assemblée Nationale compte 577 députés , le Sénat compte 348 membres. On fait donc plus d’économies à supprimer l’Assemblée Nationale…

Blague à part, avant le quinquennat, les durées de mandat du Président de la République et des Députés différaient. A présent, l’égalité dans le temps tend à transformer l’Assemblée Nationale en club des supporters du Président, ce qui ne permet pas nécessairement l’équilibre des débats…

Au contraire, le Sénat propose un mandat de 9 ans, et est renouvelé par tiers. Ce type de mandat semble plus intéressant pour tenir compte des évolutions de la société tout en garantissant une certaine stabilité des lois dans le temps.

Et finalement, si le Sénat devenait le seul organe parlementaire, cela pourrait donner une avancée progressiste réelle.

Il suffirait pour cela que le mode de désignation des Sénateurs ne soit plus le suffrage indirect des grands électeurs, mais le suffrage universel, à la proportionnelle intégrale.

De la sorte, toutes les tendances politiques du pays seraient représentées, sans qu’il en résulte quelque instabilité puisque, à chaque élection, ce serait un tiers de l’assemblée qui serait renouvelée.

Le Président du Sénat, dont les textes prévoient déjà qu’il remplace le Président de la République en cas d’empêchement, serait réellement le second personnage de l’Etat, à égalité avec le Premier Ministre / Président du Conseil.

Comme, de surcroît, le Sénat s’est spécialisé dans la représentation des territoires, les spécificités locales seraient assurément mieux prises en compte avec la représentation territoriale.

Privé de son groupe de supporters, le Président de la République n’aurait plus d’autre choix que le respect de tous les élus du Peuple, qu’ils soient ou non issus de sa famille politique, et cela aussi représenterait une avancée importante !

71 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Chronique du pré-Empire – acte I

    Éphéméride, le monde d'aujourd'hui, Notez le bien    14 janvier 2019

Avant d’entrer dans le vif du grand débat national qui commence en ce quinze janvier de l’an deux mil dix neuf, prenons le temps d’un petit point historique…

La révolution Française date de 1789. commençons par là puisque tout le monde est d’accord sur cette date.

Elle signait la fin de la monarchie, telle qu’elle avait été exercée par les Capétiens sans interruption depuis 987. 802 ans quand même…

Trois ans après la révolution française, naissait la première République, qui dura 10 ans. C’est pas beaucoup mais en même temps, c’était la première…

Là dessus arrive le Consulat, qui durera de 1799 à 1804, date à laquelle il cédera la place à l’Empire , dont il était la première marche, et qui durera de 1804 à 1815. Bonaparte avait beau dire qu’il avait “sauvé la République”, ce serait beaucoup que de considérer cette période de 16 années comme “républicaine”…

Après l’Empire, ne croyez pas que la République fasse son (petit) retour. Non, ceux qui reviennent, ce sont les Bourbons, pour une quinzaine d’années de Restauration.

Et en effet, la période de Restauration a porté ses fruits puisque, de 1830 à 1848, la France est régie par la monarchie de Juillet…

La seconde République arrive (enfin) en février 1848. Elle durera 3 fois moins longtemps que la première, expirant en décembre 1852, avant son quatrième anniversaire… La République a vraiment du mal à gagner les faveurs de la France…

Et, après la Restauration de la monarchie, voici la restauration de l’Empire, le second Empire durant sensiblement plus longtemps que le premier, puisqu’il couvrira la période de 1852 à 1870.

Il aura donc fallu attendre la fin du XIXème siècle, septembre 1870, pour que naisse et se développe la Troisième République, qui prit fin juste avant ses 70 ans, en juillet 1940. Ce n’est donc pas la République Gaullienne qui détient le record de longévité. Et pourtant, la IIIème République a du faire face à la Première Guerre Mondiale sans s’écrouler, ainsi qu’à la crise de 1929… seulement voilà : symboliquement, la IIIème République, c’est aussi celle qui a maté la Commune, et qui a accordé les pleins pouvoirs à Pétain en 1940… Alors, évidemment, on n’a pas trop envie de s’en souvenir… N’empêche qu’entre les deux, elle a duré…

De 1940 à 1945, on trouve peu d’informations. Pour les uns, la France avait abandonné sa souveraineté nationale à une puissance étrangère ; pour les autres, une dictature de type fasciste était mise en place ; pour tout le monde, une chose est sûre : c’était pas la République !

Après la seconde guerre mondiale, naquit la quatrième République, en octobre 1946 et pour une douzaine d’années. Il est de bon ton à présent de la moquer voire de la caricaturer. Pourtant, cette IVème République a mené à bien la reconstruction de la France et le rétablissement d’institutions démocratiques, ce qui n’allait pas nécessairement de soi. Elle a chuté sur la question de la colonisation.

Et c’est ainsi que, depuis 1958, la France relève de la cinquième République. Et là, ça mérite qu’on s’y arrête un peu. C’est la première fois qu’était tenté un régime semi-présidentiel. Jusque là, le pouvoir était confié soit à un Roi, soit à un Empereur, soit à une Assemblée Parlementaire. Depuis 1958, la figure d’autorité est le Président élu. Le Sénat comme l’Assemblée Nationale préexistaient aux Républiques…

Cette brève chronologie nous apprend donc que sur les 230 années qui nous séparent de la Révolution Française, la République n’a dirigé la France que pendant 157 ans, et encore, en rapièçant tous les morceaux… La cinquième République, dont tous les acteurs nous vantent aujourd’hui les charmes et délices, est âgée de 60 ans, soit dix ans de moins que la précédente au moment de s’écrouler…

On entend parler de plus en plus d’une Sixième République.Pourquoi pas ? Mais est-ce que ça va vraiment “de soi” ?

Car, autour de nous, l’Espagne, la Belgique, le Royaume Uni, le Danemark, la Norvège, les Pays Bas, la Suède, ainsi que le Liechtenstein, le Luxembourg, et Monaco sont des monarchies héréditaires constitutionnelles. D’accord, j’ai cité les 3 derniers pour rigoler (quoique, au regard des capitaux brassés par ces 3 derniers, on a peut être tort de ne retenir que l’aspect mondanités désuètes…) On peut raisonnablement penser que les sept autres sont des pays industrialisés largement comparables à nous.

Par ailleurs, toujours autour de nous, l’Allemagne, l’Italie, la Grèce, l’Autriche, la Finlande, l’Islande sont gouvernés par des régimes Parlementaires dans lesquels le Président a pour seul pouvoir la Représentation Nationale en termes symboliques…

72 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Billet d’humeur

    Notez le bien    26 novembre 2017

c’est bien connu, quand les gros maigrissent, les petits crèvent, et c’est ainsi que les métiers domestiques se raréfièrent.

voire…

car le vieillissement de la population, conjugué avec la politique d’économies dans les structures à domicile, favorise le concept de “vieillissement à domicile”

et c’est là qu’on observe le retour des métiers domestiques !

seulement voilà, si toutes les personnes âgées peuvent en avoir besoin, leurs ressources ne le permettent pas forcément…

fin 2016, 433.000 personnes devaient leurs ressources au minimum vieillesse, et 1.000.000 de retraités vivaient en dessous du seuil de pauvreté.

pour ceux ci, les services ne sont accessibles que s’ils sont portés par une politique publique, tant il est vrai que l’entreprise capitaliste transfère à l’Etat les dépenses qui ne lui sont pas profitables à court terme.

c’est ainsi que, fin 2016, le secteur non marchand donnait du travail via les contrats aidés à 390.000 personnes

au même moment, 1.170.000 contrats aidés étaient accordés à des entreprises privées du secteur marchand.

or, et c’est même le Sénat qui le reconnaît, l’effet d’aubaine en matière de contrats aidés (Un effet d’aubaine se produit lorsqu’une mesure d’aide profite à un bénéficiaire qui, sans aide, aurait pris la même décision. ) se produit principalement dans les mesures prises en faveur de l’emploi marchand.

pour ceux ceux que ça intéresse, voici la source du Sénat :https://www.senat.fr/rap/r06-255/r06-25535.html

il est donc absurde, incohérent et injuste de supprimer les contrats aidés en direction du tissu associatif.

mieux vaut arrêter de subventionner les groupes inscrits au CAC 40 !

518 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Au fil du temps qui passe…

    Notez le bien    24 novembre 2017

Le père Taylor n’a rien inventé avec sa division du travail : aristocrates, châtelains et autres hobereaux de villages avaient déjà pensé à tout en organisant leur domesticité.

(sur ce point, merci à nos amis Canadiens, dont vous trouverez l’article complet sur  : http://ici.radio-canada.ca/emissions/downton_abbey/saison1/document.asp?idDoc=267057 )

Le majordome orchestrait les tâches de tous les domestiques masculins et veillait au bon fonctionnement de la maison. La cave à vin n’avait pas de secret pour lui, et c’était d’ailleurs son privilège que d’ouvrir quelques-unes des meilleures bouteilles.

L’intendante distribuait les tâches d’entretien au personnel féminin de la maison. Les dépenses quotidiennes et les achats pour la cuisine étaient sous sa responsabilité.

La cuisinière règnait sur la cuisine comme un général sur son armée. C’est elle qui veillait à la confection des repas, et ce, tant pour les maîtres que pour les valets.

Si le valet de chambre partageait l’intimité de ses maîtres en les aidant à la toilette et à l’habillement, le valet de pied était l’homme à tout faire de la maison, tandis que le valet de ferme était le manoeuvre extérieur.

Pendant du valet de chambre, la femme de chambre s’occupait de la garde-robe des dames de la maison mais aussi de les coiffer et les vêtir pour toutes les occasions, petites et grandes.

Les bonnes (car on trouvait plus d’une catégorie à ce poste) : celle qui s’occupe du ménage de la demeure, celle qui entretient les chambres et salles de bain, celle qui s’occupe de la couture et du petit ménage et celle qui est affectée aux gros travaux tels que la lessive, les pots de chambre à vider et le lavage des vitres.

La fille de cuisine était au service de la cuisinière.

Et n’oublions pas le chauffeur, chargé de véhiculer les maîtres, mais doit aussi s’occuper des chevaux et faire quelques petits travaux de réparation dans la maison.

N’allez pas le confondre avec le charretier, celui qui conduit carrioles et charrettes, et dont le vocabulaire diversifié a laissé son souvenir dans le dictionnaire… (vous remarquerez que le Biffin n’est pas dans cette liste ; n’en soyez pas surpris, car le Biffin, dont le vocabulaire se rapproche du charretier, était trop indépendant de caractère pour s’intégrer dans cette communauté là…)

Seulement voilà : leurs “maîtres” eurent des destinées contrariées…

Ceux qui avaient échappé à la Révolution Française furent rattrapés par l’impôt sur le revenu en 1914 (la guerre se chargeant ensuite de détruire leurs propriétés), et ceux qui tenaient encore debout durent accorder protection sociale et congés payés  à leur domesticité à partir de 1936 (la guerre se chargeant ensuite de finir de les mettre à genoux) .

Comprenons nous bien : mon propos n’est pas de faire pleurer dans le chaumières sur la disparition des roitelets de villages…

Seulement, quand les gros maigrissent, les petits crèvent, et c’est ainsi que les métiers domestiques se raréfient.

voire…

 

455 vues au total, 0 vues aujourd'hui

  • Notre Dame

    par sur 16 avril 2019 - 0 Commentaires

    Quasimodo ce matinerre partout parmi les ruinessubmergé par le chagrinc'est Hugo qu'on assassinela flamme contre l'écrivain...seconde mort d'Anthony Quinn... En plein coeur de la Citéplus rien d'autre n'a d'importancePompiers contre le brasiersoutenus par toute la Francec'est notre Histoire qui prend feudes siècles de bâtisseurstant de fierté pour ce lieu...Sauvez-là contre nos peurs ! Deux heures […]

  • "défèque news"

    par sur 15 février 2018 - 0 Commentaires

    AVERTISSEMENT de l’AUTEUR l’ensemble de ce site est truffé de fake-news (aussi appelées “fausses nouvelles” ou “rumeurs”) MAIS c’est juste pour rire ! donc, il est plus urgent que jamais de préciser à tous mes amis lecteurs que : “La rédaction de ces annonces relève du seul imaginaire de son auteur. Si les objets sont […]

  • Si on jouait au Cluedo...

    par sur 14 décembre 2017 - 0 Commentaires

    Jamais à court d’imagination, je vous ai concocté une nouvelle présentation des annonces (quelle imagination ce garçon…) Au lieu de répertorier les meubles par catégories, je vous les propose comme sur le plateau du Cluedo, en fonction de la pièce qui leur ira (probablement) le mieux. Ceci étant dit, les catégories classiques restent en place, […]

  • Sainte Véronique ou Bérénice

    par sur 4 février 2019 - 0 Commentaires

    4 février : Sainte Véronique (ou Bérénice, c’est tout pareil) Alors qu’il marchait vers son calvaire en portant sa croix, Véronique essuya le visage du christ avec son torchon. Et voici toute l’origine du saint suaire du Christ, l’image de son visage en sueur étant restée inscrite dans le tissu. Ce qui revient à dire que […]

  • Un an déjà...

    par sur 19 mars 2019 - 0 Commentaires

    Juste avant le printemps, une journaliste a observé un drôle de clic sous un article paru sous un article de la page Ouest France. “Le Père Yves et ses trésors”, c’est quoi ce truc ? De lien en lien, elle est arrivée jusqu’à mon site et… mon numéro de téléphone Après un premier contact téléphonique, […]

  • Saint Gabin de Rome

    par sur 19 février 2019 - 0 Commentaires

    19 février : saint Gabin Alors là, c’est à hurler de rire ! Gabin, c’était le frère du pape Caïus. Et comme ils avaient le sperme vaillant dans la famille, c’était également le père de sainte Suzanne. Du coup, on lui a fait un petit avantage, et quand il est mort, il  a été enterré […]

  • Saint Gaston & saint Paul Miki

    par sur 6 février 2019 - 0 Commentaires

    6 février : Saint Gaston (aussi nommé Vaast) & Saint Paul Miki Saint Gaston, c’est celui qui a fait le catéchisme à Clovis, et comme ça se passait à Arras, il est peu probable que cela ait un quelconque rapport avec les huîtres de Saint Vaast. Et c’est bien dommage, parce que ces huîtres là m’auraient […]

  • Saint Modeste

    par sur 24 février 2019 - 0 Commentaires

    24 février : Saint Modeste. Allez-y, n’hésitez pas, souhaitez moi ma fête, j’adore ça ! En plus, j’ai du bol, vous pouvez me la souhaiter à trois reprises : la saint Yves, évidemment, la saint Modeste (c’est aujourd’hui, bonne fête moâ !) et encore la saint Parfait (je vous dirai quand c’est, vous inquiétez pas…) […]

2.000 annonces en ligne

ça y est, le cap des 2.000 annonces en même temps est franchi pour la seconde fois ! j'ai un Paul Pogba qui s'éveille en moi (mais c'est le côté chanteur...)

pour le menu déco, cliquez sur l’image !

Avanti la musica

je chante, tu chante, elle chante, il chante... ils m'enchantent !